24. juillet 2019
Séminaire à l’étranger

Le comité directeur de la société a décidé de réorganiser le séminaire à l’étranger. La cadence actuelle de 2 ans passe désormais à 3 ans, ce parce qu’à partir de 2022, le séminaire à l’étranger aura lieu au même endroit que le Congrès mondial sur le climat de la REHVA. Nous renforçons ainsi nos liens avec l’association faîtière allemande et pourrons participer aux exposés techniques et aux expositions du congrès. La convivialité sera bien sûr au rendez-vous, tout comme des visites passionnantes et le renforcement de notre réseau suisse. Notez-vous la date dès aujourd’hui: la prochaine édition du congrès aura lieu du 13 au 18 mai 2022 à Rotterdam.


Directive SICC VA104-01 2019

La nouvelle directive SICC VA104-01 2019 Aéraulique – qualité de l’air – Partie 1: exigences hygiéniques pour les installations et appareils aérauliques est maintenant disponible dans la boutique.

Shop


Rétrospective sur le forum 2019

Technique du bâtiment sur terre et en mer

Le 19e Forum technique du bâtiment de la SICC a été riche en découvertes pour les planificatrices et les planificateurs. En plus de nouvelles offres de formation et de mémoires de recherche, le public a pu se familiariser avec des domaines inconnus comme la planification CVCF pour les bateaux de croisière.

Adrian Altenburger a parlé de la rénovation prévue du campus de la HSLU à Horw. Les bâtiments doivent faire l’objet d’une rénovation étendue et recevoir une extension pour atteindre au minimum le statut de zone 2000 Watts. Les surfaces disponibles seront pratiquement doublées grâce à de nouveaux étages et avec diverses constructions neuves. Les sites de la PHLU seront désormais aussi hébergés sur le campus.

La nouvelle filière interdisciplinaire « BSc Bâtir digital » démarre à l’automne 2020 à la HSLU avec pour vocation d’enseigner des compétences numériques aux participants pour toutes les phases de construction. Au niveau Master, c’est le cursus « MSc Building Technologies » qui sera proposé. La HSLU collabore avec la BFH, la FHNW et la FHO sur ce projet. En matière d’infrastructure, il y a aussi du nouveau : le « GEE Live Lab » est ouvert depuis février 2019. Il associe production de sa propre électricité, stockage d’électricité avec gestion de la charge et différents consommateurs CVCF. L’intérêt suscité auprès des partenaires industriels est grand.

Nouveautés de Lucerne et de Californie

Roger Gmünder, responsable perfectionnement à l’IGE, a présenté de nouvelles offres de formation comme par exemple les cours « Construire avec le changement climatique » ou encore « Hygiène de l’eau potable dans le bâtiment », ainsi que divers CAS. Les étudiants auprès de la HSLU, Nina Schmid et Philipp Schenk, ont quant à eux expliqué comment s’était passé leur semestre d’échange à la California Polytechnic State University. Les frais universitaires peuvent y atteindre 70 000 francs par an. À la « Cal Poly », les étudiants commencent par des modules de construction de machines et ne planchent sur la technique du bâtiment qu’à la fin de leurs études. Comparées à la Suisse, les études sont bien plus tournées vers les mathématiques, le rythme est plus soutenu, les cours étant dispensés en trimestres et pas en semestres. En termes de contenu, les cours se penchent principalement sur les systèmes de ventilation, utilisés pour chauffer aux États-Unis.

Michael Schwery a donné des informations sur les nouvelles directives. Seront très prochainement publiées les directives SICC EC102-01 (« Exigences imposées aux centrales techniques ») et BT105-01 (« Facility management »). Les consultations sur la directive HE301-01 (« Équipements techniques de sécurité pour installations de chauffage ») et BT104-01 (« Fonctionnement et maintenance d’installations de technique du bâtiment ») sont achevées. La seconde partie de la directive BT104-02, qui se rapporte aux installations de climatisation et de ventilation, devrait prochainement entrer en consultation.

Mémoires de fin d’études

À l’aide d’un modèle de simulation, Lucca Zumbrunn a examiné la régénération de sondes géothermiques grâce à l’intégration hydraulique de l’énergie solaire thermique dans le circuit de sonde. La variante avec une intégration de série a permis d’obtenir une température presque constante du mélange d’eau sur 50 ans, mais un rendement annuel plutôt décevant. La durée d’amortissement longue, de presque 30 ans, n’est pas non plus convaincante sur le plan économique. Marc Häusler et Christian Purtschert se sont quant à eux penchés sur l’optimisation de la consommation propre au GEE Live Lab à l’aide de cinq systèmes de gestion de la charge. La part non optimisée de consommation propre s’élevait à 34 %. Avec la simulation, elle a pu être amenée à 94 %. Actuellement, le prix des batteries constitue encore un frein. Il doit baisser pour autoriser un fonctionnement rentable et surtout un amortissement plus rapide. Aujourd’hui, le réservoir thermique représente déjà une bonne solution provisoire (élément chauffant réglable en continu pour ballon d’eau chaude). À cause du changement climatique, il faut prévoir des investissements élevés pour le refroidissement et la protection contre le soleil du parc immobilier. Dominik Hotz a rédigé un mémoire sur les bâtiments sans chauffage ni refroidissement. Les critères spécifiques à chaque site (orientation, rayonnement thermique etc.) devront être mieux pris en compte à l’avenir afin de rendre supportable la grande quantité d’heures de canicule.

Construction navale

Finn Wollesen Petersen, Managing Director dans l’agence d’ingénierie navale Knud E. Hansen, a fait un exposé sur les processus numériques dans la construction navale. La société a notamment participé à la planification CVCF du « Queen Mary 2 ». Sur un bateau, la « technique du bâtiment » est largement différente de ce que nous connaissons. Ainsi, les installations subissent d’énormes vibrations et les mouvements de la coque ont une forte influence dessus. Les charges thermiques aussi changent en fonction du cap et de l’emplacement du navire.

Sur les bateaux de croisière, l’installation de climatisation consomme environ 30 % de l’énergie totale, soit bien plus que les moteurs. Selon Peterson, des mesures d’optimisation permettent de réduire l’énergie consommée par le système CVCF de près de 25 %. Parmi ces mesures, citons par exemple la climatisation des cabines uniquement lorsqu’elles sont occupées afin d’éviter un « fonctionnement inutile » qui consomme beaucoup de ressources. Des moyens non conventionnels permettent également d’optimiser la qualité de l’air et donc l’énergie consommée par les installations de climatisation en mer. Il s’est ainsi par exemple avéré que les aspirateurs centralisés étaient beaucoup plus efficaces que les aspirateurs manuels. La planification 3D est utile aussi. Des outils de réalité virtuelle spécifiques, comme « ShipSpace », permettent d’optimiser les équipements intérieurs, pour par exemple visualiser les cuisines et mieux les aménager avant même la construction grâce aux instructions des cuisiniers. Les grutiers de certains navires de transport s’entraînent aussi sur un bateau numérique et les équipages peuvent s’exercer à la lutte anti-incendie. L’armateur possède dans ce cas toujours un « jumeau numérique » de son bateau, contenant toutes les données significatives.

Michael Staub

25. juin 2019
REHVA Student Competition 2019

À l’automne 2018, dans le cadre du prix de la formation de la SICC, Gregor Jeker et Timotheus Zehnder se sont imposés face à leurs adversaires avec leur mémoire de Bachelor intitulé «Réseau d’énergie induite de chauffage et de refroidissement», décrochant ainsi leur place pour participer à la REHVA Student Competition. La compétition s’est déroulée lors du REHVA World Congress CLIMA 2019 à Bucarest.

Reportage

21. mai 2019
Nouvelle directive SICC VA104-01:2019

La nouvelle directive SICC VA104-01:2019 Aéraulique – qualité de l’air – Partie 1: exigences hygiéniques pour les installations et appareils aérauliques est maintenant disponible dans la boutique.

29. mars 2019
Nouvelle marque, nouvelle image: désormais en direct.

La SICC présente sa nouvelle marque: DIE PLANER. Nous nous sommes activement développés, nous avons élargi notre champ d’action et intensifié notre coopération sous forme de réseau. En effet, pour progresser, nous devons nous engager ensemble pour l’avenir de la branche de la technique énergétique, de l’environnement et du bâtiment. Désormais, il est temps d’en informer le grand public. Découvrez notre nouveau site Internet et devenez membre de notre association.

Communiqué de presse DIE PLANER